Programme
Pérou

Contexte :
Le projet prend place dans un hot-spot de biodiversité de plus en plus menacé par la croissance démographique. Le développement de l’agriculture migratoire et des pratiques agricoles non contrôlées entrainent la dégradation des sols et un processus de déforestation croissant.
Dans ce contexte, l’établissement de cultures agroforestières présente une alternative intéressante aux monocultures de plus en plus répandues dans les communautés rurales.

Plus localement, au sein de la communauté de Fray Martin, à une heure d’Iquitos, les familles vivent de la vente de charbon de bois et plantent essentiellement du manioc et de la banane, ce qui crée des problèmes de malnutrition. Ces plantations se font suite au défrichement des parcelles par abattis-brûlis, c’est-à-dire que la forêt est brûlée pour laisser l’espace à ces nouvelles cultures. Le même phénomène se produit dans tous les villages qui sont proches des ports de la ville, le coût du transport est suffisament bas pour permettre des gains rapides sur la vente de sacs de charbon et le manque d’intervention ne permet pas une évolution vers un système agricole plus sain.Ce système n’est pas durable. Non seulement il ne permet pas une alimentation équilibrée, mais en plus de cela, la production de charbon de bois entraine la disparition des jeunes arbres, et la régénération forestière n’est pas assurée. Par ailleurs, le fait de brûler la forêt ne laisse quasiment pas de matière organique dans les sols qui ne peuvent plus produire sur le long terme. Ce manque de durabilité oblige les populations à toujours gagner de nouvelles terres, et entraine la perte du couvert forestier et de la biodiversité locale.
La zone d’intervention et surtout les populations ont donc besoin d’un accompagnement financier et humain pour mettre en place de nouvelles pratiques agricoles durables.

Grâce au projet, la population pourra développer une activité moins couteuse en efforts et plus durable d’un point de vue environnemental et ainsi mettre en place des activités financières qui ne portent pas préjudice à la génération future comme peut le faire la vente de charbon de bois et qui permmettront de diversifier leur alimentation.

0bjectifs :

– améliorer les conditions de vie des communautés

– former les populations à des pratiques agricoles durables et à une gestion plus raisonnée des ressources naturelles

– apporter aux communautés un appui humain et technique

– lutter contre la déforestation (causée essentiellement par la production de charbon de bois, source de revenus pour les populations)

– préserver l’environnement et la biodiversité locale par la valorisation d’espèces

– planter au minimum 30 000 arbres sur 3 ans

Description des bénéficiaires :

Les communautés de Fray Martin, de Santa Rita, de San Jose de Lupuna et de San Pedro, sont toutes riveraines du Rio Nanay, affluent de l’Amazone. Descendants de populations indigènes ou de paysans migrants, les habitants de ces communautés vivent essentiellement de la culture du manioc et de la pêche. Leur principal revenu provient de la vente de charbon de bois, activité dévastatrice pour les forêts. La plantation d’arbres fruitiers et à bois est développée pour enrayer la production de charbon de bois au profit d’une production variée provenant des plantations réalisées.