Programme Bénin - Pendjari

Porteur de projet :

Up2green Reforestation avec Ecodec

Contexte du projet :

Le projet se déroule dans les villages riverains de la Réserve de Biosphère de la Pendjari. L’agriculture est la principale activité exercée dans les villages, suivie de la chasse et de la pêche. L’agriculture occupe plus de 80 % de la population dont elle constitue par ailleurs la principale source de revenus grâce à la production du coton, des tubercules (igname et manioc) et des céréales (riz, mil, sorgho et maïs).
En complément de l’agriculture, de la pêche et de la chasse, les populations de Firihoun se sont lancées ces dernières années dans la commercialisation du bois de chauffe et du charbon. Cette activité, bien que procurant des revenus complémentaires aux populations, est pratiquée anarchiquement, le plus souvent au mépris de la politique de conservation des ressources naturelles promue par le Centre National de Gestion des Réserves de Faune (CENAGREF).

Objectifs du projet :

  • Susciter une prise de conscience communautaire et un changement de comportement par rapport à la dégradation de l’environnement
  • Contribuer à la restauration des écosystèmes dégradés
  • Reconstituer la fertilité des sols
  • Diversifier les revenus par la production fruitière
  • Lutter contre les feux de brousse
  • Stopper l’avancée du désert

Les cultures de rentes et vivrières épuisent les sols de moins en moins productifs. Par ailleurs les ressources fauniques et forestières en périphérie de la Pendjari font l’objet d’une surexploitation et les écosystèmes se dégradent. Dans ce contexte la plantation d’arbres à croissance rapide mélangés à des arbres fruitiers, permettra de reconstituer la ressource ligneuse et d’apporter de la matière organique dans le sol mais aussi de lutter contre la désertification de cette zone en bordure du Sahel.

Bénéficiaires du projet :

Les bénéficiaires sont à 80% des agriculteurs. Plus de 200 bénéficiaires ont été impliqués depuis le début du projet. On compte aussi quelques éleveurs nomades, les peuls, qui se sédentarisent. La zone d’intervention regroupe des villages éloignés les uns des autres. Tous ont des spécificités ethniques et des langues différentes ce qui rend difficile la sensibilisation.