Reforestation de pâturages avec
les populations andines indigènes Pasto - Colombie

Porteur de projet :

Up2Green Reforestation

Localisation du projet :

Département du Nariño, « resguardos » (communautés indigènes) de Carlosama, Aldana, Guachucal, Potosi et Cumbal.

Réalisations depuis 2017 :

Projet en cours, plus de 130 000 arbres plantés.

Objectifs du projet :

  • Planter plus de 90 000 arbres au cours des trois prochaines années avec les habitants des réserves indigènes de la zone
  • Planter des espèces natives pour améliorer les services écosystémiques et recréer de la biodiversité dans les pâturages
  • Appuyer les unités productives locales et leur assurer un débouché pour les plantules produites
  • Favoriser les activités productives complémentaires (miel et plantes médicinales)
  • Créer des emplois verts
  • Protéger les sources d’eau en altitude et les cours d’eau en reforestant leurs bordures

Objectifs du projet :

  • Planter des espèces natives pour améliorer les services écosystémiques
  • Recréer de la biodiversité dans les pâturages
  • Améliorer les connaissances sur les espèces natives
  • Développer des partenariats solides avec le centre technique d’apprentissage national

Ecosystème concerné :

Pâturages andins

Contexte du projet :

Le projet se déroule à proximité de la ville d’Ipiales. Ipiales est une ville du département de Nariño en Colombie près de la frontière avec l’Équateur.

A 3000 m d’altitude, la ville et les villages alentour compte environ 200 000 habitants.

Les communautés indigènes appartiennent au peuple Pasto. Leur vision cosmique place la terre comme centre du monde, entre le ciel et les enfers. La culture de celle-ci est leur principale activité :

  • Production de pommes de terre, de petit-pois et plantations de pins et d’eucalyptus
  • Élevage non intensif pour le lait (une dizaine de vaches par famille)

L’emploi d’engrais chimiques est largement répandu, en particulier pour la production de pommes de terre.

L’extension des pâturages pour la production de lait a fortement dégradé l’écosystème forestier en altitude, là où l’eau est normalement retenue. La présence des pâturages en altitude affecte la qualité de l’eau mais aussi sa disponibilité. Les forêts qui autrefois retenaient l’humidité des nuages ont disparues et la zone est de plus en plus sèche. Ce phénomène est accentué par la plantation dans les pâturages de pins et d’eucalyptus qui pompent une trop grande parte de l’eau disponible.

Espèces majoritairement plantées :

  • Pandala : (Prunus sp.)
  • Pumamaque : (Oreopanax sp.)
  • Aliso : (Alnus jurillencis)
  • Acacia japones : (Acacia Melanoxylon)
  • Capote : (Polylepis reticulata)
  • Capuli : (Prunus serotina)

Bénéficiaires du projet :

Les bénéficiaires du projet sont les habitants des réserves indigènes où se déroule le projet. Aujourd’hui 4 réserves indigènes sont impliquées, d’origine Pasto. Les communautés de ces territoires indigènes ont constaté la diminution de la ressource en eau au cours des dernières années et ont exprimé la volonté de reforester les zones où « nait l’eau ».

Spécificité du projet :

Le Nariño est le département colombien où l’érosion est la plus marquée.

Le projet se déroule dans des communautés indigènes ayant laissé l’agriculture traditionnelle au profit de la culture de la pomme de terre et de l’élevage extensif. Ce développement s’est fait au détriment d’un écosystème sensible, pourtant essentiel à la préservation de la ressource en eau.

A ce jour, la plupart des projets de reforestation dans les Andes se font à partir d’espèces exotiques s’adaptant facilement (type eucalyptus et pins). La reforestation à partir d’espèces natives peu connues avec des populations indigènes représente un défi qu’Up2Green Reforestation veut relever. Ce projet permettra d’acquérir des connaissances
supplémentaires pour la gestion de programme de restauration des écosystèmes andins.