Programme Colombie - Amazonie

Historique du projet :

Le projet à débuté en 2011 avec la communauté de San Antonio. Il est le fruit de la collaboration entre l’association FORESTEVER et Up2green Reforestation qui ont pour volonté commune de développer le modèle agroforestier et d’en promouvoir ses bienfaits pour les populations et l’environnement. C’est en effet un mode de gestion durable favorable au maintien de la biodiversité par la culture diversifiée d’espèces et bénéfique pour les sols, enrichis constamment par la matière organique générée par ce système.

Porteurs de projet :

Up2green Reforestation et FORESTEVER

Contexte du projet  :

La région amazonienne de Leticia s’est développée au 19ème siècle suite à l’intérêt croissant que générait la culture du caoutchouc. Leticia a appartenu successivement au Pérou et au Brésil avant de devenir colombienne en 1930. La politique de colonisation menée auparavant a décimé 80% de la population indigène. La ville ne comptait que 1 000 habitants en 1930. Elle s’est rapidement développée et peuplée d’habitants de l’intérieur du pays qui ont apporté leurs coutumes et façon de vivre. Les services sont gérés par des gens appartenant à d’autres régions du pays. Les us et coutumes sont donc importés si bien que la ville s’est développée sur des critères et modèles non amazoniens.

Les populations indigènes ne se sont donc pas appropriées la ville et n’ont pas réellement participé à son développement.

Objectifs:

  • Développer l’agroforesterie en intégrant la notion de complémentarité des espèces et de résilience des systèmes cultivés
  • Planter plus de 24000 arbres au cours des trois prochaines années
  • Remplacer à terme les pratiques extractives par des pratiques agroforestières plus durables
  • Impliquer les plus jeunes qui dévalorisent et méconnaissent l’importance des pratiques agricoles pour l’autonomie alimentaire et politique
  • Développer la transformation des fruits amazoniens et leur commercialisation

On ne peut accéder à Leticia que par avion depuis la Colombie ou par bateau depuis le Brésil. Une seule route bétonnée autour de laquelle vivent les communautés indigènes entre dans la forêt. Les autochtones (Boras, Yaguas, Huitotos, Ticunas, Cocamas) vivent des aides accordées par l’Etat et du tourisme lorsqu’il n’est pas accaparé par des chaines d’hôtels. Ces communautés vivent un peu de l’agriculture vivrière et de la pêche artisanale trop faible pour être industrialisée. Cependant, elles perdent de vue leur façon de vivre traditionnelle face à un mode de vie imposé où elles peinent à s’intégrer.

Il apparait aujourd’hui nécessaire de protéger les espèces forestières et médicinales pour générer des bénéfices aussi bien pour les populations que pour la préservation de la biodiversité locale. La protection, la production et la transformation permettent la valorisation des ressources forestières. Certains agriculteurs transforment actuellement une petite partie de leur production fruitière sans respecter les normes d’hygiènes, ce qui ne répond plus aux attentes des consommateurs souhaitant consommer un produit d’une bonne qualité sanitaire. Le projet vise la transformation de produits forestiers dans le respect des normes sanitaires en vigueur, ce qui implique des investissements en matériel et en formations, mais aussi le développement de modèles agroforestiers pour l’approvisionnement et la production durable de ces espèces.

Bénéficiaires du projet :

Les communautés indigènes bénéficiaires du projet, San Martin de Amacayacu et Casiyanaira (km 11) sont situées à proximité de la ville de Leticia, en plein cœur de l’Amazonie. La communauté de Zaragoza a également montré son intérêt pour le projet ainsi que la communauté de Arara, l’une des plus peuplées du département. Les habitants de ces communautés vivent de la culture du manioc, de la chasse et de la pêche et parfois du tourisme. Ils sont pour la majorité de l’ethnie Ticuna, l’une des ethnies des plus importantes en nombre dans tout le bassin amazonien.